Le management public des RH sous l’éclairage de la justice organisationnelle

Le management public des RH sous l’éclairage
La catégorie Management public des ressources humaines nous  parait  l’espace  le plus riche en recherches managériales. Sa richesse est due au fait que  cette sous discipline s’intéresse  directement à l’être humain,  principal élément de l’organisation. Ainsi, la réflexion  portera, à titre principal, sur le management des différentes ressources humaines publiques : fonctionnaires, stagiaires, contractuels, et temporaires, en activité dans le secteur de la fonction publique. Il est aussi de notre devoir de réserver un espace respectable aux agents, généralement oubliés, exerçant dans cette même sphère, mais dans le cadre du filet social et de l’ANEM…

Ouahabi Benramdane

 

Le management public des RH sous l’éclairage de la justice organisationnelle

Cet article se propose de rechercher  et analyser quelques exemples d’incohérences et d’insuffisances dans le management public des ressources humaines (MPRH) au sein de l’ administration publique algérienne, sous l’éclairage de la justice organisationnelle. Aborder ce thème, s’insère dans le cadre de l’enrichissement des études en quête d’une reforme du management public des RH adéquate aux  services publics relevant de la fonction publique,ainsi qu’aux aspirations des  fonctionnaires.

Le management public des RH, sous l’éclairage de la justice organisationnelle

Il s’agit d’une opportunité permettant de revisiter  la fonction publique algérienne, dans le but  de proposer  des pistes  de reforme favorables a  l

ancrage  de l équité  dans la sphere des fonctionnaires. L’étude portera, non seulement sur les institutions  et les  textes, mais aussi, et à fortiori, sur le comportement de certains agents publics façonnant le management public des RH dans le service public.

Dans ce contexte,Il est important d’esquisser  le périple du MRH dans la

fonction publique algérienne durant quatre principales phases, dans des

conjonctures, politiquement différentes.

La première phase

En effet,  la loi 62-157 du 31 décembre 1962 (j.o.r.a.d.p,  numéro  2  du 11 janvier 1963), tendant à la reconduction, jusqu’à nouvel ordre, de la législation en vigueur au 31 décembre 1962, dispose dans son  Article 1er que « La législation en vigueur au 31 décembre 1962 est reconduite jusqu’à nouvel ordre, sauf dans ses dispositions contraires à la souveraineté nationale ». Les règles régissant les personnels de l’administration publique  en faisaient partie.

Il s’agissait donc, dans cette première phase, d’une législation Française,

conçue pour un pays colonisé, appliquée après l’indépendance.

La deuxième  phase

Le 8 juin 1966, l’ordonnance 66-133 du 02 juin 1966, portant statut général de  la fonction publique, est publiée, puis appliquée à compter du 1er Janvier 1967.

Ainsi, débuta une deuxième  phase du statut général  de la https://www.viagrageneriquefr24.com/acheter-sildenafil-100mg-kamagra/ fonction publique algérianiséconsacrant  le système de la carrière,  basé sur la notion de statut.

Ensuite, La législation algérienne du travail, verra une remarquable métamorphose, avec

l’adoption  de la loi 78-12 du 05 Août 1978, relative au  statut général du travailleur(SGT).

Ce texte imposa le choix socialiste de gestion des personnels dans l’ensemble des secteurs d’activité, publics ou privés.

Ainsi, L’expression «  contrat de travail » s’installa dans la législation de travail.

Cependant, les personnels de la fonction publique  demeuraient régis par l’ordonnance

66 -133 du 02 juin 1966, précitée, jusqu’à la publication d’un texte spécifique, en l’occurrence,

le décret  85- 59 du 23 Mars 1985 portant  statut type  des personnels des institutions  et administrations publiques, appliqué durant la troisième phase.

La troisième phase

L’élaboration de ce statut type de 1985 constitua une issue de secours pour la sphère de la fonction publique, lui

permettant d’échapper aux idées forces du SGT de 1978, et préserver  la relation de travail statutaire.

La quatrième phase

La quatrième et dernière phase fut inaugurée par l’ordonnance 06 -03 du

15 juillet 2006,portant statut général de la fonction publique.

Les échos de la constitution de 1989, et les textes subséquents, instituant

le pluralisme  politique et syndical, retentirent dans la dernière mouture

du statut général.

Au fur et à mesure de la mise en œuvre de ce statut, surgissaient

contraintes  et paradoxes. Par conséquent  il s’avère nécessaire d’explorer

le management public des RH  sous l’éclairage  de la justice organisationnelle, que nous aborderons i-après, dans le développement.(A suivre)

Ouahabi Benramdane, doctorant en sciences de gestion,

Université de Tlemcen, Algérie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *