Femme de ménage, tais- toi !

Femme de ménage, tais- toi !
 

La littérature managériale est un espace dans lequel seront publiés des textes  du genre des nouvelles, ayant trait aux interactions et phénomènes relevant du domaine du travail. Il s’agit d’une tentative de joindre l’utile à l’agréable, en exposant le rapport entre règles managériales et réalités des fonctionnaires, sous forme de nouvelles. L’objectif de cette initiative est de vulgariser la culture du service public, attirer l’attention des gestionnaires sur d’éventuels dysfonctionnements organisationnels, et permettre aux étudiants des écoles de management et facultés de gestion d’explorer le monde complexe de l’administration publique, et se familiariser avec ses concepts,  en lisant une histoire. C’est l’enseignement managérial par  le texte littéraire !

 

Nouvelle réaliste véridique publiée en arabe dans                                                             le mémoire de magistère de l’auteur,  et traduite                                                             en français, ci-après, par lui-même. Il a rencontré                                                           la pauvre “héroïne”…

-1-

–  N’oubliez pas de fermer la porte après votre sortie ! Tels étaient ses derniers mots, alors qu’elle s’empressa de quitter la maison, le matin très tôt. Son mari, chômeur endurci, la lorgna, furtivement, comme à l’accoutumée, d’un œil inquiet.

Sur son visage se disputèrent les signes de virilité affaiblie, et ceux de la frustration et de l’angoisse profondes. sans mot dire, leurs deux enfants s’échangèrent des regards insignifiants, en attendant l’heure de partir à l’école.     

– Euh, euh, euh !!!                                                                                                          La toux de sa mère, vieille femme, aveugle et diabétique,  s’échappa, soudain, de la chambre isolée.

-2-

Dehors, l’avenue silencieuse était déserte, à l’exception des chats qui, seuls, se clochardisaient autour des poubelles  ouvertes et renversées. La lueur de l’aurore se répandait peu à peu à l’horizon, mais le soleil ne se leva pas encore derrière la ville qui bâillait lentement. Les silhouettes des arbres, sans détails, paraissaient dressées, comme des sentinelles géantes, gelées par le froid nocturne.

La femme de ménage avançait au milieu de la chaussée, et retenait son foulard et  ses larges vêtements flottant dans l’air. Partout, Le vent hivernal se baladait librement dans les boulevards muets.

-3-

L’hôpital, gigantesque immeuble, paraissait  paisible, en cette heure. Le gardien du portail, blotti dans sa loge , se chauffait les mains, prés d’un épouvantable poêle à mazout, qui rugissait et crachait une dense fumée à l’extérieur. La femme de ménage avançait tout droit sur le bâtiment des hospitalisations et le pénétra. Elle se dirigea vers le hall obscure et étroit, servant de vestiaires aux femmes de ménage, sortit en blouse bleue claire, poussa son chariot métallique équipé de moyens habituels de nettoyage, et pénétra la première chambre du service médecine femmes.

-4-

– Bonjour…                                                                                                                    — Bonjour, répondit  d’une voix affaiblie, l’une des femmes hospitalisées.  Une autre malade toussa, avec beaucoup de prudence…

Sans tarder, la femme de ménage débarrassa les petites tables de lit des déchets et restes alimentaires d’hier, puisque les malades préfèrent la nourriture ramenée par leurs proches, à l’occasion des visites  parfois tardives. Après , elle devait nettoyer , comme d’habitude, la surface de  la chambre.

L’odeur  de l’eau de javel s’éxalait progressivement, comme signe de propreté quotidienne. Mais , depuis sa reprise de travail, après  avoir été opérée , elle souffrait et ne pouvait continuer , sans se reposer  quelques moments.

Elle  nettoya les bureau du médecin et celui du surveillant, les toilettes des malades et le reste du service. Les déchets hospitalier ou ménager devaient être impérativement déplacés, chaque jour,  à l’endroit habituel nauséabond  envahi par les chats, résidant à l’hôpital.

-5-

L’infirmier, surveillant du service d’ophtalmologie, en blouse médicale, sérieux et soucieux de l’hygiène hospitalière nécessaire à la santé des malades, sortit de son service et se dirigea vers  Kheira, femme de ménage du service de médecine femmes, situé dans le même étage. Avant qu’il la rejoigne, à quelques pas, il l’appela à haute voix :                                                                                                   –  Kheira, Kheira …viens nettoyer le service d’ophtalmologie !                                        Elle répliqua tout de suite:                                                                                            –  Ce n’est pas mon travail, vous avez la femme de ménage de l’ophtalmo…              –  Elle est malade ce jour !                                                                                              –  Ce n’est pas mon problème…                                                                                    –  Tu  refuses de faire ton travail !?                                                                                – Tu n’es pas mon chef de service…Moi, je travaille au service de médecine femmes. 

Alors, l’infirmier surveillant haussa le ton :                                                                    – Tu vas le regretter, tu vas le regretter !                                                                        – Fais ce que tu veux ! rétorqua Kheira.

À suivre…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *