La ponctuation, ce code mondialisé

(Extrait de ” La communication managériale écrite”, ouvrage de Ouahabi Benramdane)

Introduction

L’expression  écrite  est  la forme communicationnelle privilégiée de  l’administration publique. Aussi, et en dépit de la révolution numérique, le papier,  demeure, à ce jour, le support  officiel incontestable véhiculant le message administratif.

L’art de la  rédaction administrative propose certains outils et techniques susceptibles de donner à la rédaction administrative les caractères qui lui conviennent. Dans ce contexte, l’utilisation de la  ponctuation apparaît nécessaire pour le fonctionnement de l’organisation publique.

La  ponctuation est un thème  très attrayant, dès lors que tous les types de littérature ne peuvent s’en passer.

1. Qu’est-ce-que la ponctuation?

Imaginez une ville, une grande ville, une belle ville, Istanbul ! Imaginez que cette  ville aux trois splendides ponts suspendus au-dessus de l’eau turquoise du Bosphore, dont le plus récent dispose de huit voies  réservées aux automobiles et deux voies aux trains , est dépourvue de tous les supports indispensables à la mise en œuvre du code  de la route !

Comment sera  donc la circulation des automobiles de tous gabarits, tramways, trains, engins, motos et bicyclettes, dans cette immense ville, habitée par plus de 14 millions de personnes, sans panneaux de signalisation, ni feux tricolores ni policiers ? Selon cette hypothèse, on est forcé à pénétrer  une ville aux mille drames quotidiens. Une ville invivable.

Mais non ! La réalité est tout autre. Istanbul, l’une des plus belles villes du monde, est si réglementée au point que le touriste oublie le ronronnement des moteurs et s’arrête, extasié, contemplant  la splendeur du Bosphore . Le code de la route y est en vigueur et le ruisseau de la vie coule en douceur…

Istanbul
1.1- La ponctuation, un code à comprendre

Le texte administratif est une ville, les signes de ponctuations sont les supports et réglementation du code de la route. Un texte ponctué est un beau texte lisible. Un texte sans ponctuation est un chaos dans l’obscurité.

Cependant,  le code de la route n’est pas identique dans tous les pays du monde. En Algérie, par exemple, les automobilistes  roulent sur le côté droit  de la chaussée;  en Angleterre, ils roulent sur le côté  gauche. De même, la ponctuation  connaît quelques différences entre certaines langues. Il faut en tenir compte, le cas échéant.

Par ailleurs, supposant qu’on dresse, à côté de  l’autoroute, un panneau de signalisation indiquant le stop obligatoire! Les  éventuels accidents mortels sont, donc, des crimes prémédités ! 

 le point (.), équivalent d’un stop, lorsqu’il est mis là où  il faut laisser un espace blanc, provoque de graves accidents entre phrases. Par conséquent, l’utilisation des signes de ponctuation là où il n’en faut pas est  proscrite, car  le texte devient incompréhensible.

1.2- Définition de la ponctuation

D’après (Microsoft® Encarta® 2009), la ponctuation est une « manière de structurer un texte en le découpant selon la logique syntaxique, les pauses et les nuances nécessaires à l ’expression des idées par un ensemble de signes graphiques ». Elle désigne aussi, d’après cette même source, les « signes graphiques qui servent à ponctuer un texte ».

2- Les signes de ponctuation et leur utilisation :

Les signes de ponctuation sont : le point, la virgule, le point-virgule, les deux points superposés, les points de suspensions, les tirets, les guillemets, les parenthèses, le point d’interrogation et le point d’exclamation.

A l’instar du code  de la route et ses dispositifs qui réglementent la circulation dans la ville, ces signes organisent les éléments des phrases afin de faciliter, au maximum, la compréhension du texte.

2.1- Le point (.)

C’est le signe qui indique la fin de la phrase. Le point signale aussi la fin de l’idée véhiculée par l’écriture, classique ou électronique, qui est le code de communication officiel le plus utilisé dans l’administration publique.

Ce signe indique une pause qui permet de se préparer à la formulation d’éventuelles nouvelles  phrases. Oralement, le point est marqué par l’abaissement de la voix, à la fin du dernier mot de la phrase. Bien entendu, la phrase commence par une majuscule et se termine par un point. 

Exemple:                                                                                                                                          « La  titularisation est  l’acte par  lequel  le fonctionnaire  est confirmé  dans son grade. » ( Article 4 de l’ordonnance 06-03 du 15/07/2006 portant statut général de la fonction publique (SGFP), joradp n°46 du 16/07/2006 ).

2.2 – La virgule (,) 

La virgule est le « signe de ponctuation (,) servant à distinguer, à l’intérieur de la phrase, des mots, des groupes de mots ou des propositions qu’il est utile de séparer ou d’isoler pour la clarté du contenu ».(www.larousse.fr).

il sert aussi, selon le même dictionnaire, « à séparer, dans la notation décimale d’un nombre, partie entière et partie décimale ».

En pratique, on constate, dans tous les styles, la grande fréquence de l’utilisation de la virgule, d’où son importance capitale.

il convient, donc, de savoir, autant que possible, la signification grammaticale des propositions et l’utilisation  de la virgule, particulièrement,  avec les conjonctions de coordination ( mais, ou, et, donc, or, ni, car).                                                                 Oralement, la virgule est marquée par l’élévation de la voix, à la fin du dernier mot de la phrase.  

Exemple:                                                                                                                        « Il est entendu par institutions et administrations publiques, les institutions publiques, les administrations centrales de l’Etat, les services déconcentrés en dépendant, les collectivités territoriales, les établissements publics à caractère administratif, les établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel, les établissements publics à caractère scientifique et technologique et tout établissement public dont les personnels peuvent être soumis aux dispositions du présent statut ». ( Article 2, alinéa 2, du SGFP).

2.3 – Les points de suspension (…)   

 Les points de suspensions indiquent :                                                                            – l’invitation à  imaginer   des éléments complémentaires, mais dans le cadre du contexte,                                                                                                                          – l’élimination d’une partie d’une citation, jugée inutile. Dans ce cas, il est recommandé de les mettre entre parenthèses. 

Les trois  points de suspension sont le  synonyme  de  etc. Il n’est pas toléré qu’ils se suivent directement dans une même phrase. Le libre choix des points de suspension ou du terme etc. est laissé au rédacteur.   

Exemple:                                                                                                                         Béchar est une ville chaude en été. Pour la rafraîchir, nous devrions édifier  un barrage sur l’Oued et planter, autour d’elle, plusieurs variétés d’arbres : palmiers, oliviers… 

2.4 –  Le point-virgule ( ; )

Comme son nom l’indique, il est composé de deux signes: le point et la virgule. Il a hérité du point l’indication de l’autonomie, et de la virgule l’indication de la dépendance .

Ce signe, s’éclipse graduellement  de la rédaction en général, et se laisse remplacé par le point et, surtout,  par la virgule, dans les cas d’énumération. 

« D’une manière générale, il n’est pas à recommander, mais il peut être utile,voire indispensable, pour séparer les éléments des phrases narratives ou descriptives, ou les accumulations successives d’une période oratoire se rapportant à une même idée ». ( Jacques Gandouin,1966, p.57).

Toutefois, la rédaction des correspondances administratives, caractérisée par la clarté, la simplicité et la concision, ne semble pas être, actuellement, un espace fertile pour le point-virgule.

Exemple:                                                                                                                        « Le subordonné propose; le supérieur dispose ».                                                           

2.5 –  Les deux points superposés ( : )

Les deux points superposés indiquent le commencement d’une énumération.  Ils sont suivis de signes graphiques, notamment les tirets (-) placés avant chaque mot ou expression énumérés. Ils peuvent être utilisés pour insérer une citation, ou introduire une explication.

Exemple:                                                                                                                     «  Le corps des administrateurs des services de santé comprend quatre (4) grades :
  –  le grade des administrateurs des services sanitaires de 3ème classe, mis en voie d’extinction ;
  – le grade des administrateurs des services de santé ;
  – le grade des administrateurs principaux des services
de santé ;
  – le grade des administrateurs en chef des services de santé ». (َArticle 15 du décret  exécutif n° 09-161 du  2 mai 2009 portant statut particulier des fonctionnaires appartenant au corps des administrateurs des services de santé, joradp n° 28-2009).

2.6 – Les guillemets  «  »

Les guillemets sont utilisés:                                                                                             – pour faire apparaître une citation,                                                                              – pour encadrer un mot emprunté à une langue autre que celle du texte, ou un mot vulgaire dont la citation est exigée par le caractère de la précision.

Exemple:                                                                                                              Selon  l’article  4  du  statut  général de  la fonction  publique, le  fonctionnaire  est    « l’agent qui, nommé dans un emploi public, a été titularisé dans un grade de la hiérarchie administrative ».

2.7- Les parenthèses ( ( ) )

Les parenthèses ( ) servent à mettre en évidence une  explication ou renvoyer à une référence.Cependant, leur utilisation exagérée risque d’alourdir la phrase et défigurer la forme de la lettre administrative.

Exemple:                                                                                                                          Sont recrutés ou promus en qualité d’administrateur des services de santé :
1 – Sur titres :
– les diplômés de l’école nationale d’administration (section administration de la santé) ayant accompli leur cursus(…).
(Article 20 du décret  exécutif n° 09-161 du  2 mai 2009 précité).                                          

2.8 –  Les tirets ( – )

Ils sont utilisés, en rédaction administrative, après les deux points superposés, devant chaque élément énuméré.                                                                          Exemple:                                                                                                                 « Nul ne peut être recruté en qualité de fonctionnaire s’il ne remplit pas les conditions suivantes :   

    être de nationalité algérienne;                                                                                       jouir de ses droits civiques;                                                                                          ne pas avoir de mentions au bulletin du casier judiciaire incompatibles avec              l’exercice de l’emploi postulé;                                                                                      être en situation régulière au regard du service national;                                            avoir l’âge, l’aptitude physique et mentale, ainsi que les qualifications exigées            pour l’accès à l’emploi postulé ». (Article 75 du SGFP).

Conclusion

Enfin, les caractères fondamentaux du style administratif, ne favorisent pas l’utilisation des points d’interrogation ( ? ) et d’exclamation ( ! ) qui sont en abondance dans le style littéraire, poétique et en prose. Par ailleurs, l’actuelle révolution technologique a  mondialisé la ponctuation. En effet, le logiciel Microsoft Word a imposé  les signes graphiques de ponctuation et leur mode d’utilisation. Si vous enfreignez les règles préétablies, le policier invisible du logiciel souligne la faute commise et vous propose la correction adéquate !

 

Bibliographie 

  •  Jacques Gandouin, Correspondance et Rédaction administratives, Armand Colin, 1966.   
  •  Dictionnaire électronique: Larousse.fr.                                                                                           
  •  Dictionnaire électronique: Microsoft® Encarta® 2009.                                               
  •  Ordonnance n° 06-03 du 19 Joumada Ethania 1427 correspondant au 15 juillet 2006 portant       statut général de la fonction publique, joradp n°46 -2006.                                                                       
  • Décret  exécutif n° 09-161 du  2 mai 2009 portant statut particulier des fonctionnaires                   appartenant au corps des administrateurs des services de santé, joradp n° 28-2009.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *