Istanbul, un texte ponctué!

                            Extrait de  “La communication managériale écrite”                                                        (Quand la rédaction administrative s’impose)                                 Ouvrage de Ouahabi Benramdane

 

Imaginez une ville, une grande ville, une belle ville, Istanbul ! Imaginez que cette ville aux trois splendides ponts suspendus au-dessus de l’eau turquoise du Bosphore, dont le plus récent dispose de huit voies réservées aux automobiles et deux voies aux trains, imaginez qu’elle  est dépourvue de tous les supports indispensables à la mise en œuvre du code  de la route !

Comment sera  donc la circulation des automobiles de tous gabarits, tramways, trains, engins, motos et bicyclettes, dans cette immense ville, habitée par plus de 15 millions de personnes, sans panneaux de signalisation, ni feux tricolores, ni policiers ?

 Selon cette hypothèse, le visiteur est forcé de pénétrer  une ville aux mille drames quotidiens. Une ville invivable !

Mais non! La réalité est totalement différente. Istanbul, l’une des plus belles villes du monde est si réglementée au point que le touriste oublie le ronronnement des moteurs et s’arrête, extasié, contemplant  la paisible  beauté des valeurs.

Le texte administratif est une ville, les signes de ponctuation sont les supports, réglementation du code de la route et policiers disciplinés. Un texte ponctué est un beau texte lisible. Un texte sans ponctuation est un chaos dans l’obscurité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *