La cédille

 

                                         Très courte nouvelle pédagogique,                                                                                           puisée dans la mémoire d’un(e) étudiant(e).                                                                               Texte publié dans mon nouveau et modeste ouvrage,                                                                                           ci-après cité  en rose.                                                         _____

                            Présentation  de l’auteur   de « La communication managériale                                                                                  écrite » , autrement imaginée…

______________

      Je me souviens du  nom de cet auteur. Il me rappelle  mon ancien problème   avec la cédille et son remède !

      Oui, je me souviens de ce qu’il  appelait « la règle de la cédille », alors qu’il nous enseignait le module de la rédaction  administrative, en français et en arabe.

      Il prit son stylo noir effaçable, se dirigea vers le tableau blanc, s’arrêta, puis se retourna et nous regarda en disant :

               – La cédille est un petit signe graphique qu’on doit mettre                                               au-dessous  de la lettre « c », pour prononcer le son « s »                                           lorsque le « c » précède l’une des lettres suivantes : O, U, A.                                      On écrit donc :façon, reçu et français.

      L’enseignant s’arrêta  un instant et ajouta :

               – Alors, pour ne pas oublier cette règle, rappelez-vous qu’elle                                       vous a été apprise par M. Ouahabi Benramdane!                                                         Rappelez-vous les trois  premières lettres de mon nom : O, U, A.

      Ensuite, il avança jusqu’au tableau, écrivit son nom de famille et le partagea en deux, avec un slash: OUA/HABI.

      Un agréable brouhaha s’entendit  dans le vaste amphithéâtre, et les étudiants        se regardèrent, chuchotant et souriant…

      Depuis, le nom de l’auteur de ce manuel me rappelle la solution face à  la terrible cédille : O, U, A !

Ouahabi Benramdane!

 Femme de ménage, tais- toi !

 

La littérature managériale est un espace dans lequel seront publiés des textes  du genre des nouvelles, ayant trait aux interactions et phénomènes relevant du domaine du travail. Il s’agit d’une tentative de joindre l’utile à l’agréable, en exposant le rapport entre règles managériales et réalités des fonctionnaires, sous forme de nouvelles. L’objectif de cette initiative est de vulgariser la culture du service public, attirer l’attention des gestionnaires sur d’éventuels dysfonctionnements organisationnels, et permettre aux étudiants des écoles de management et facultés de gestion d’explorer le monde complexe de l’administration publique, et se familiariser avec ses concepts,  en lisant une histoire. C’est l’enseignement managérial par  le texte littéraire !

 

Nouvelle réaliste véridique publiée en arabe dans                                                             le mémoire de magistère de l’auteur,  et traduite                                                             en français, ci-après, par lui-même. Il a rencontré                                                           la pauvre “héroïne”…

Continue reading ” Femme de ménage, tais- toi !”